Unicef Luxembourg

unissons-nous pour les enfants

En Ethiopie, où 62% des filles et des femmes sont excisées, ce sont souvent les victimes-mêmes qui sont à l’origine des changements culturels nécessaires pour mettre fin à cette coutume cruelle et dangereuse.
 
Asiya, 18 ans, qui s’engage à abolir l’excision génitale féminine en Ethiopie, témoigne de son long et difficile chemin, qui l’a aidé à devenir une actrice de changement :
Selon la tradition de mon village, j’ai été excisée quand j’étais petite. Après mon mariage,
j’avais très peur que mes rapports sexuels allaient faire très mal. Je me suis confié à mon
mari, qui était déterminé de m’aider. 
 
Il a découvert que l’hôpital de notre district avait été équipé pour non seulement traiter des urgences obstétricales et gynécologiques, mais pour également améliorer la qualité de vie des femmes excisées.
 
Ayant été diagnostiquée avec la forme la plus sévère de l’excision féminine, je me suis soumise à une intervention chirurgicale, depuis laquelle je peux être considérée comme guérie. N’éprouvant plus des douleurs, je me suis donné pour mission de sensibiliser toute ma communauté à l’abolition de cette pratique cruelle, qui est une grave infraction aux droits à la santé des filles et des femmes et peut même causer la mort.
 

UNICEF-Luxembourg soutient les filles et les femmes dans leur lutte 

Les filles et les femmes éthiopiennes ne sont pas seules dans leur lutte pour l’abolition de l’excision féminine.
 
Depuis 2015, UNICEF-Luxembourg soutient un projet spécifique en Ethiopie qui entend
mettre fin à la mutilation génitale féminine dans le pays situé dans la Corne de l’Afrique, d’ici 2025. Ce projet est réalisé avec le soutien de la Fondation Espoir, abritée sous l’égide de la Fondation de Luxembourg.
 
Le partenariat est désormais entré dans une étape importante. Grâce au soutien de la Fondation Espoir et du public luxembourgeois, l’hôpital d’Ayssaita, qui desservit plus de 90.000 habitants des communautés pastorales, a pu embaucher un gynécologue et former cinq agents de santé sur les troubles liés à l’excision féminine.
 
Avec cette nouvelle unité gynécologique, spécialisée dans le traitement des complications liées à la mutilation génitale féminine, l’hôpital, équipé de 10 lits, peut déjà améliorer chaque mois la qualité de vie de 200 femmes excisées.
Retour

En apparté...

Newsletter

Pourquoi s'inscrire?

Nvision S.A. — © 2009 Unicef Luxembourg