Unicef Luxembourg

unissons-nous pour les enfants

En Afrique de l'est et australe, 27 millions d'enfants souffrent de la malnutrition, manquent d'eau et sont frappés par des maladies potentiellement mortelles.
 

Des chiffres bouleversants et des défis énormes

Les effets de la sécheresse continue des dernières années, aggravés par le phénomène météorologique El Niño ont été exceptionnellement sévères en Angola, en Ethiopie, en Erythrée, au Lesotho, en Madagascar, au Malawi, au Mozambique, en Somalie, au Swaziland et au Zimbabwe. 
 
Plus de 51 millions de personnes, dont la moitié des enfants, sont affectés et souffrent de malnutrition, manquent d'eau potable ou sont frappés par des maladies. La situation est davantage aggravée par la hausse des prix alimentaires forçant de nombreuses familles à sauter des repas et à vendre leurs biens personnels. 
 
Actuellement 1,2 millions d'enfants dans la région ont besoin d'urgence d'un traitement contre la malnutrition aiguë sévère.
 

L'UNICEF fournit des secours d’urgence dans la région

Présente dans tous les pays concernés, l'UNICEF est active entre autres dans l’approvisionnement d’eau propre, de la nutrition, ainsi que dans la mise à disposition de soins médicaux dont ont besoin les enfants.
 
Au cours des premiers mois de 2016, l'UNICEF a entre autres déjà traité 114.000 enfants contre la malnutrition aiguë sévère et fourni de l'eau potable à 2,7 millions de personnes.
 
« Depuis 2015 déjà, l’UNICEF et ses partenaires, ainsi que les gouvernements de la région ont fourni de l’aide, mais l’ampleur de cette catastrophe dépasse nos moyens. Actuellement, nous risquons de perdre les progrès atteints lors des dernières décennies dans de nombreux pays concernés », souligne Sandra Visscher, Directrice d’UNICEF-Luxembourg.
 

La situation en Ethiopie et le travail de l’UNICEF

Un des plus grands pays de la région, qui est en même temps un des pays les plus gravement affectés par El Niño, est l’Ethiopie. Plus de 10 millions de personnes, dont 6 millions d’enfants, ont besoin de nutrition. 458.000 enfants souffrent de malnutrition sévère aiguë. 5,8 millions de personnes ont besoin d’eau et 2,1 millions d’enfants ont abandonné l’école à cause de la sécheresse. 
 
L’UNICEF, ensemble avec le Gouvernement, gère la coordination des domaines de la nutrition, de l’eau et de l’assainissement ainsi que de l’éducation et soutient entre autres :
Des équipes mobiles de santé qui fournissent des soins médicaux dans les endroits isolés frappés par la sécheresse.
Le traitement d’enfants souffrant de la malnutrition sévère aiguë, notamment par l’approvisionnement de nutrition thérapeutique.
La réhabilitation de sources d’eau, la distribution de tablettes de purification d'eau, ainsi que la diffusion d’informations sur l’hygiène. Le but est de fournir de l’eau potable à 2,2 millions de personnes jusqu’à la fin de 2016.
Des programmes d’éducation d’urgence pour près de 430.000 enfants.
La distribution de kits d’urgence (contenant entre autres des outils de cuisine, des couvertures, des articles d’hygiène, des bâches), afin d’aider 150.000 personnes déplacées.
 
Yves DUBLIN, Spécialiste luxembourgeois de la protection sociale pour l’UNICEF en Ethiopie explique : « L’aide au développement a permis de faire de réels progrès et de créer des structures durables en Ethiopie lors des dernières décennies. 
 
Aujourd'hui, un nombre accru de familles pauvres et leurs enfants en particulier ont accès à des services sociaux de bases de qualité, comme des services de santé, d'eau et d’assainissement ainsi qu’à l'éducation. De plus, des systèmes sociaux ont été mis en place permettant de fournir, par exemple, des allocations familiales aux plus démunis et vulnérables, habitant dans des régions souffrant régulièrement de pénuries alimentaires. 
 
Ces initiatives rendent les familles plus résistantes lors de chocs et de situations difficiles, contribuant ainsi au développement durable de tout le pays. Cette évolution montre à la fois que l’aide au développement fonctionne et que l’Ethiopie a trouvé des solutions durables à des problèmes récurrents.
 
Malheureusement, l’urgence actuelle dépasse les moyens et les capacités du gouvernement éthiopien qui a besoin d’un soutien supplémentaire de ses partenaires internationaux, comme l'UNICEF. »
 

Un manque de fonds met en péril le travaux de secours d’urgence

Même si le phénomène climatique El Niño viendra bientôt à sa fin, les effets sur les enfants pourraient durer des années. Déjà maintenant, l'UNICEF constate des abandons scolaires et des troubles psychologiques, ainsi qu’un risque élevé d’abus et de violence, qui sont des effets secondaires de cette catastrophe naturelle. Selon les estimations, il prendra probablement deux ans pour les communautés et leurs populations de surmonter les effets de El Niño. 
 
Or, il est estimé que la situation pourrait être aggravée par l’impact probable de La Niña, effet climatique qui normalement suit El Niño et qui inclut un grand risque d’inondations sévères provoquant de nouvelles catastrophes pour l’environnement et les populations concernées.
 
Actuellement, un manque de fonds met en péril la continuation des secours d’urgence de l’UNICEF. En effet, à peine la moitié des fonds nécessaires ont été collectés. Le manque de fonds pour la région entière s’élève à 120 millions de dollars. Pour les secours d’urgence en Ethiopie, l’UNICEF a besoin de près de 17 millions de dollars pour couvrir les besoins en matière de santé, de nutrition, de protection et d’éducation pour le reste de l’année 2016.
 
Sandra Visscher, Directrice d’UNICEF-Luxembourg souligne la difficulté de collecter des fonds pour l’urgence El Niño, qui est restée largement inaperçue à cause d’un manque d’attention des médias : « La communauté internationale doit agir maintenant afin d’éviter la continuation de la souffrance d’enfants et de leurs familles. Les enfants en Afrique ne doivent pas être oubliés parmi les nombreuses urgences et préoccupations globales. »
 

Le phénomène climatique El Niño 

Tous les deux à sept ans, El Niño apparaît, dû au réchauffement de l'eau de mer dans l'est de l'Océan Pacifique, causant des fluctuations climatiques dans d’autres régions du monde qui souvent ont un impact significatif sur l'agriculture et la sécurité alimentaire dans les régions concernées. 
 
Le cycle actuel de El Niño a commencé en mars 2015. Or le phénomène climatique peut durer jusqu’à 18 mois. 
 
Selon des experts, il est très probable que le phénomène El Niño, sera suivi dans les prochains mois du phénomène climatique La Niña, qui normalement affecte les mêmes régions, or dans le sens inverse. Les régions en Afrique frappés par la sécheresse dans le cadre de El Niño, courent alors le risque d’être touchés par des pluies battantes et des inondations.
 

Comment aider?

Les activités de nos équipes dans les pays concernés peuvent être soutenues par un don (déductible des impôts) :
Sur le compte CCPL d’UNICEF-Luxembourg IBAN LU71 1111 2144 2050 0000 avec la mention « Urgence El Niño ».
Sur notre site web www.unicef.lu/elnino
 

Contact

UNICEF-Luxemburg
Paul Heber, Responsable de la Communication
Tel. : 44 87 15-26
 
Retour

En apparté...

Newsletter

Pourquoi s'inscrire?

Nvision S.A. — © 2009 Unicef Luxembourg